La maladie de dégénérescence de cellules nerveuses plus connue sous le nom de «  Maladie d’Alzheimer » touche plus de 3 millions de personnes aujourd’hui, en France.

Cette maladie qui affecte plus particulièrement les personnes âgées, se caractérise par des troubles de mémoire auxquelles nous pouvons ajouter des troubles de reconnaissance, du langage, de l’orientation spatiale et temporelle ou encore du comportement.

Elle est diagnostiquée à l’aide de différents examens dont des consultations de mémoire comprenant des services neurologies, de gériatries ou de psychiatries. Puis pour établir un diagnostic plus précis, les nombreux examens sont complétés par des scanners et des IRM. Le diagnostic alors prononcé, vint la phase de traitement, permettant seulement de ralentir la progression de la maladie et de diminuer certains troubles (aucun traitement n’a été encore décelé pour guérir entièrement la maladie). Deux thérapies sont alors envisageables : médicamenteuses ou non-médicamenteuse. La première propose deux médicaments selon le stade de la maladie, respectivement les antis cholinestérases (améliore le comportement et les gestes du patient) et les antis glutamates (ralentit la perte de mémoire et le déclin des fonctions cognitives). La deuxième thérapie qui se développe de plus en plus sur le marché propose des thérapies telles que la kinésithérapie ou encore de la rééducation orthophonique. Cette maladie à ne pas négliger nécessite un suivi quotidien du malade. Des aides à domicile sont à la portée des patients, des établissements proposant un accueil du jour avec des activités pour stimuler les fonctions du patient, ou encore un hébergement temporaire dans un établissement. Les familles peuvent aussi recourir à l’accueil en établissement dans des unités d’Alzheimer.

Les membres de la famille du patient peuvent obtenir des aides, comme des formations gratuites composées de modules, mais aussi un suivi médical est disponible pour les aidants, un soutien psychologique et un soutien financier comme l’allocation personnalisée d’autonomie.

Source : « www.maisons-de-retraite.fr »